marie-martine mestre

fluide, ondulant à peine

Le cagnard rendait la montée au temple encore plus "essoufflante"... Sans me presser, je longeais la dernière murette de pierres sèches avant d'y arriver...Et je la vis, glissant sur le sol d'un mouvement si fluide, ondulant à peine juste devant moi... marron caramel, un peu longue. Je m'arrétais pour lui laisser le temps de la sécurité et l'observer. Elle prit bien son temps avant de pointer son nez entre deux pierres pour se faufiler dans les interstices et disparaître. Couleuvre ou vipère ? je ne sais pas, mais en tout cas elle m'avait fait un beau cadeau ! et j'entrais dans le temple tellement contente d'avoir eu le temps de suivre des yeux ce mouvement si fluide et si tranquille, grâce à sa lenteur !

Revenue à Valence, j'ai vu que le magazine "les épines drômoises" avait consacré un n° aux serpents en recommandant d'apprendre à les connaître et même de les aimer....Depuis qu'une vipère m'a mordue, il y a bien 20 ans, J'ai appris un peu de ces animaux... De leur vie ? pas trop, mais à garder l'esprit concentré, paisible....En harmonie, me soufflerait Black Elk.

Ayant reçu ce dont ils ont besoin,  tous les êtres de toutes les classes d'existence sont satisfaits et vivent en harmonie, dit la Puja de Tcheu....

10 juin à Montchardon



05/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion