marie-martine mestre

L'ENSEIGNEMENT DU PISSENLIT

Les pissenlits, vous connaissez bien sûr ?

 

Une fleur vraiment commune dans nos jardins, nos prés et le long des talus, dressée bien droite sur sa tige creuse vert tendre, partant d’une rosace de feuilles d’un vert plus foncé, découpées en successions de triangles ; qu’on aime dailleurs bien consommer en salade.  En botanique, on apprend que la boule duveteuse qui vient après la fleur est composée de samares akènes ; ça en jette n’est-ce pas, ce nom savant ! Cela veut simplement dire que la fleur jaune comme un soleil est en fait composée d’une multitude de fleurs formant un mandala à partir du centre porté par la tige.

Pfououttt ! Un souffle et la multitude des graines ailées s’envolent à l’entour portées par le vent, toutes brillantes dans la lumière du jour…Bien sûr, tout le monde connaît ses propriétés médicinales : nettoyer le foie, les reins, le sang….On peut préparer une gelée délicatement parfumée en ramassant un bon paniers de ces fleurs, on peut même ajouter quelques feuilles à une poignée d’orties, 1 brin de thym et 2 ou 3 gousses d’ails pour préparer une décoction dépurative et re-minéralisante…. Quand j’étais petite, nous aimions nous approcher d’une copine avec une fleur de pissenlit en main, pour lui demander « t’aime le beurre ? » et de vite lui appliquer la fleur sur le menton. Fou rire quand la fleur gorgée de pollen laissait une traînée jaune soleil sur la peau comme si la copine venait de manger du beurre en douce !!! Avec les tiges creuses et fraîches nous composions de magnifiques perruques pour des poupées imaginaires ! Nous les découpions en fines lanières dans le sens de la hauteur, sans en toucher le bout, et nous faisions des bouclettes du même geste que celui que nous avons pour faire s’enrouler les brins de bolduc des cadeaux de Noël !  Amusements sans fin et tout naïfs des enfants à la campagne, se transmettant des savoirs secrets de gosses pleins de ressources !

 

Mais en y regardant de plus près, de plus profond…. le pissenlit se montre un grand maître de méditation, enseignant en silence face au soleil des prairies et des jardins…

Il faut juste s’asseoir au calme, en silence, bien calé sur sa base, laisser s’apaiser les pensées, laisser le souffle circuler tranquillement en restant conscient, intérieurement, extérieurement, sans attacher d’importance particulière à ce qui se passe…

 

Au bout d’un petit moment, quand on est devenu à peu près aussi paisible que la terre, le coussin, le mur devant soi, on peut évoquer une image de pissenlit, précise, colorée, complète : racine, feuilles, fleurs, fruits, voire parfum…

Et c’est là que le pissenlit va commencer à donner son enseignement si l’on veut bien ouvrir son cœur, celui de l’enfant qui contemple et reçoit de la nature sans s’inquiéter de rationalité excessive…

 

….. »Regarde sa racine : elle s’enfonce droit dans la terre, noire en surface mais blanche dedans…

Tu as vu la rosette formée par ses feuilles nervurées ? Puis sa fleur comme un petit soleil répondant au soleil du ciel en épanouissant sa corolle jaune d’or, en déployant ses « pétales », en fait ses fleurs,  dans toutes les directions comme des rayons de soleil…. Vient le moment de sa croissance où la fleur laisse peu à peu la place à cette boule duveteuse…..

 

Toi qui es assis en méditation, pour découvrir ton cœur tu as besoin de lancer loin ta racine dans la terre de ta vie….  Tu peux te demander à quoi ça sert de sentir peu à peu vivant en toi tout ce qui fait la vie…Simplement à t’enraciner plus profondément encore en laissant les illusions sur toi, en te regardant un peu plus tel que tu es… ça parait sombre au premier abord, et pourtant c’est blanc et savoureux dedans, et nutritif…. La rosette des feuilles te montre que ton ancrage à la terre se déploie dans toutes les directions, et pas seulement dans une seule direction qui flatte, rassure et conforte l’ego dans ses choix et ses répulsions… Un ancrage équilibré dans les 4 directions de ton monde…ancrage nourri par la sève qui monte de la racine, de tout ce que la vie a su transformer dans ce qui est arrivé à son terme, dans ce que tu ne peux mettre en jeu dans la vie… Pour former l’humus de la terre nourricière…un ancrage qui regarde en face les réalités de la vie, déplaisantes ou bien plaisantes….Pas seulement en face droit devant soi, mais en face tout autour de soi, percevant toutes les directions à la fois… comme le montrent les Stoupas, ceux de Montchardon comme ceux d’ailleurs….la vie s’élance dans la tige creuse de la plante comme la vie s’élance dans notre moelle épinière au creux de notre colonne vertébrale…L’énergie de la vie…

Tu viens d’en bas, mais c’est vers le haut que tu t’élèves pour devenir et te manifester être humain…la fleur de ton cœur commence à se révéler en vibrant peu à peu comme la fleur commence à se révéler dans le bouton…Bien calé sur ta base, bien calé entre tes épaules laissées libres, ressens l’esprit de ton cœur… Bien calé dans ta poitrine, ce lieu de rencontre entre la Terre et le Ciel, tu n’as plus à porter le monde pour ne pas t’écrouler. C’est la vie qui te porte, comme la vie porte la fleur, les fleurs qui la composent et fait d’elle un soleil rayonnant… Petit soleil épanoui face au grand soleil….Fleur de ton cœur, composée des tes multiples capacités et formes d’amour, passées, présentes, en devenir…. soleil de ton cœur qui s’ouvre face au soleil de l’amour… Ressens toutes ces formes d’amour que tu connais, que tu éprouves pour les tiens, ton entourage, tous les êtres… Cela fait une belle fleur multiple, dont la fleur du pissenlit t’offre le miroir…Regarde le monde en toi, le monde autour de toi, dualité que la compassion fait peu à peu unité…. Ecoute les souhaits, les prières qui naissent en ton cœur, en particulier en pensant à leurs besoins, leurs désirs de bien-être…. Ces désirs, ces prières sont comme les graines qui commencent à prendre forme pour composer la boule duveteuse du pissenlit….Sens les prières, les souhaits devenir forts dans ton cœur au fur et à mesure que s’approfondi ton souffle, devenir ailés comme les akènes du pissenlit et former une boule d’amour légère, doucement lumineuse… Ne pars pas dans des rêves confus, tiens bien ta concentration en main sans la brutaliser. Respire doucement dans la force consciente de ce qui se passe subtilement en toi… Un souffle et la boule légère et lumineuse des prières et des souhaits se défait, les prières et les souhaits s’envolent comme les graines ailées du pissenlit…

Et la plante enseigne encore ceci : un souffle, et les graines arrivées à maturité s’envolent ; le pissenlit te dit qu’il ne retient pas les graines, il ne les dirige pas non plus…Les graines se sont bien formées, comme tu formules clairement tes souhaits de bonheur pour tous les êtres et tes prières… Quand ils sont mûrs, ne les retiens pas comme une propriété de ton cerveau, ne les dirige pas non plus pour que la vie se mette à ressembler à ce qu tu estimes qu’elle devrait être pour être parfaite suivant tes idées personnelles…. Le Tao, la vie s’en occupe, les graines vont où le vent les porte, les prières et les souhaits vont où la vie a besoin en aspirant leurs pouvoirs bénéfiques….

Que tout soit finalement dans la danse de la vie, pour le bien de chacun…

mmm



11/04/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres