marie-martine mestre

LA GENEROSITE DES BAMBOUS

Les grandes expositions du début du 20ème siècle, les très beaux jardins d'inspiration asiatique, des récits de voyages en Extrême-Orient, ont fait connaître les Bambous. Après en avoir planté beaucoup, on a vite voulu s'en débarrasser  Pour oublier vite fait bien fait ces envahisseurs aux rhyzomes galopeurs, aux chaumes capables d'atteindre des hauteurs impossibles même dans les jardins si petits qu'on à peine à y planter un parasol autour d'une table et de ses chaises. Et l'on a le culot de vous apprendre que botaniquement parlant, les bambous ne sont que de l'herbe, certes un peu haute parfois, mais que c'est bien avec de l'engrais pour gazon, tout bêtement, qu'on pourra lui donner un coup de fouet au sortir de l'hiver pour le faire prospérer ! Comme s'il en avait besoin, ce fauve végétal !  J'en faisais pousser 25 variétés différentes dans mon beau grand jardin de ville. Je n'en ai plus qu'une dizaine de variétés dans mon "petit" jardin actuel, tels le bambou pygmée. Le très bel auréo sulcata enveloppe ses pousses de magnifiques habits rouge laque, visibles à peine 3 jours, pousses qui sont dailleurs délicieuses. Et le bambou nigra tellement design avec ses chaumes noirs. Quant au sasa tesselata au bord du bassin, j'adore le voir courber avec grâce ses jeunes feuilles aux revers de turquoise, mêlant ses reflets aux nénuphars blancs. 

Là en ce moment, il y a un travail fou au jardin pour faire la cueillette ou la chasse aux pousses de ces envahisseurs, sans parler de la taille ou de la suppression des plus vieux dans les touffes devenues trop denses...C'est tout un art, la taille des bambous, pour permettre à ces anarchistes rebelles de prendre des allures de civilisés, laissant passer la lumière entre eux pour qu'on puisse en admirer les chaumes aux formes et aux couleurs si variées...J'en ai même une variété qui s'offre le luxe de fleurir chaque printemps... Partout on lit qu'ils mourront peu de temps après la floraison. Ceux-là n'ont sûrement pas lu les livres, car non seulement ils s'abstiennent de mourir, mais ils se font un malin plaisir de refleurir l'année d'après en faisant tomber un épais tapis de feuilles jaunissantes !

J'aime vraiment les bambous, j'aime les écouter tout bruissants dans le mistral, me frayer un chemin à travers les chaumes pour m'en occuper et profiter de leur ombre dansante bien installée dans un chaise longue le soir à la fraîche. J'aime leur offrir une "p'tite mousson" quand il fait si chaud, si sec que leurs feuille s'enroulent sur elle même pour se protéger de la déshydratation...Et j'aime aussi leur offrir des carilllons chantants pour enchanter mes siestes...

Je peux dire que j'adore me bagarrer avec eux pour les dompter, en enlevant les chaumes abîmés, en déterrant les Rhyzomes à Hauts Risques... C'est à dire ceux qui foncent tout droit vers le bassin, et deviennent un vrai danger pour le liner...Il y a ceux qui se sont carrément invités à table en lançant une foule de minces pousses vertes dans l'espoir de coloniser tout ce bel espace dévolu à la table et aux chaises du jardin...Dailleurs je me demande si je ne devrais pas avoir un gentil panda plutôt que de m'escrimer sur la tondeuse à gazon !!! Et puis des merles y ont tout simplement construits leurs nids, manifestement très heureux car ils chantent à tue-tête toute la journée.  Je les aime tellement et j'ai tellement envie de les voir vivre heureux, qu'il m'est même arrivée d'entrer dans des cafés, parisiens entre autre, pour demander un seau d'eau que j'ai versée doucement au pied de pauvres bambous au bord de l'asphycsie. J'en ai même offert au patio d'un nouveau restaurant , patio qui n'était que béton et dallage triste...J'avais pris soin de péparer de belles et énormes potées de grands chaumes vigoureux ! J'allais de temps à autre leur faire un petit coucou pour vérifier qu'ils étaient bien traités, qu'on ne les avait pas trans formés en poubelles de table ou en cendrier...

Ce qui me touche le plus profondemment chez les bambous, c'est leur immense générosité.... Car avec, non pas leur bois comme on aurait tendance à le croire, mais leurs chaumes sechés comme il convient, on fabrique une foule d'outils, d'objets... Offrant leur beauté quand ils sont verts, ils savent répodre à tous nos besoins, à toutes nos fantaisies, en donnant leurs chaumes secs...Partout au cours de notre vies nous pouvons avons avoir la preuve des infinie générosité....

J'ai vu des échaffaudages immenses, des petits bancs, des vases, des serviettes de toilettes, ou des claustras. Il offre un médicament naturel, le tabachir, qu'on trouve en poudre dans ou sur les chaumes, au goût légèrement sucré.... Instruments de musique, filtres à café, cuillère à riz, bijoux, bicyclettes, plateaux légers, sculptures, masques, pots à crayon, petits meubles, étagères,  etc... Le bambou se plie à tous nos besoins et nons techniques....

Je ne connais pas de végétal capable de donner autant d'aide à résoudre nos problêmes matériels, en se pliant à la foule de nos besoins... 



28/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres