marie-martine mestre

LE CHAT DE LA BASILIQUE

Vézelay... Le petit jour se glisse à peine hors de la couette sombre de la nuit et commence tout doucement à sortir la Basilique de l'ombre...

Quelques marches à gravir

Une petite présence toute souple m'accompagne sur les marches, prend son temps pour renifler un angle de pierre et me rejoins pour entrer dans le nartex...

Il fait encore très sombre... Je devine à peine un portail ouvert, un minuscule lumignon rouge me confirme le chemin que me montre le chat noir et blanc... Oui c'est bien par là qu'il faut aller.... Me serai-je trompée d'horaire, il n'y a personne ? Dans le doute je ne m'avance pas trop, mais le chat a déjà commencé à faire le tour des chaises.... Il a vraiment l'air d'avoir ses habitudes...il se faufile partout.... Ah tiens, un petit groupe de gens, là sur ma gauche... Oh, je me suis trompée ce sont des statues que j'ai prises pour un groupe de pelerins attentifs...Mais où est passé le minou noir et blanc, je me sentirais moins intimidée s'il était resté à mes côtés....Une chaise m'accueille en bordure d'allée centrale pour observer et commencer un moment de méditation.... Dans le choeur, les grands vitraux derrière l'autel se parent à peine d'une lumière d'un blanc grisé...je devine les colonnes de la nef.... j'expire...j'inspire, doucement... j'expire... la lumière devient plus blanche encore, je distingue l'autel, les stalles sur la gauche, le pupitre sur la droite...des fleurs au pied de l'autel...

 

Une envolée discrète de grande jupe de moine... je ne l'ai pas vu arriver... et le chat revient renifler mon sac à dos, gentiment me donner un petit coup de tête sur le mollet....  quelques personnes sont discrètement allées vers les chaise de devant... je ne les avais pas vues arriver... La lumière éclaire maintenant les pierres des murs, les colonnes, en discrètes nuances plus claires et plus chaudes...

Oh ! on dirait que la basilique endormie, repliée sur elle-même dans la nuit, est en train d'ouvrir les bras pour accueillir ceux qui viennent méditer à Laudes.... C'est une impression d'accueil presque maternel, et j'en ressens plein de joie...Plus la lumière prend possession du choeur et de la nef, plus je ressens cette joie... Et tout à coup des formes sombres se lèvent, debout au pied du choeur. La pierre exulte dans la lumière triomphante qui inonde les vitraux et jaillit dans la basilique... Quelques secondes, un chant très beau aux voix très pures s'élève juste au moment où une lumière vive est allumée dans le choeur, devenu comme un refuge réconfortant pour ceux qui sont dans la pénombre entre les piliers... C'est tellement soudain ! haaahh mon coeur bondit de joie.... le chat est revenu vers moi qui suis restée au fond...Les voix me bercent encore un peu, m'entraînant doucement à entrer dans la journée qui commence... Silence méditatif du recueillement... les amis avec lesquels je suis venue sont là tout autour...

Nous sommes venus pour accomplir un pélerinage de deux jours en l'honneur de Marie-Madeleine....  En écrivant son nom, quelque chose de très doux, complice presque, s'élève en mon esprit, là où bat mon coeur Je parlerai d'elle, à plusieurs reprises tout au long de la journée...

Et je me souviens... Il y a près de 40 ans, j'avais enduit les pieds de cette femme sacrée si humaine avec un gros morceau ce myrrhe !  Une amie m'avait amenée à Vezelay tout près de chez elle. Un dimanche d'hiver en fin d'après midi... Il faisait très sombre, juste un lumignon près de l'autel... La statue de Marie-Madeleine se dresse à plus de 2 m. J'ai de la myrrhe qu'on m'a offerte et je veux en offrir à la Sainte, un tel parfum pour elle qui en avait oint les pieds  de Jésus au grand dam des invités...Avec mon amie, nous empilons des chaises qu'elle tient en équilibre, je grimpe sur cet assemblage instable et réussi à frotter les pieds de la statue, avec dévotion... Et voilà qu'une vieille femme m'invective,  surgie de l'obscurité un plumeau à la main...M'en fiche pas mal, la Sainte est enveloppée du parfum de la myrhe !

 

Le chat passera sa journée à flairer les pélerins un peu partout...

 

Nous sommes le 16 septembre, c'est l'anniversaire de Yannick, mon frère de coeur, et le mien.... Lui 69 ans et moi 76 ans, juste aujourd'hui... Ce soir nous irons fêter cela au restaurant, au champagne, en soufflant chacun une jolie bougie....Sûrement sous l'oeil attendri de Marie-Madeleine !

 



19/09/2017
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres