marie-martine mestre

LE REVE D'UN PETIT GARCON

 

     Midi sur le Champ de Mars à Valence....Le soleil chauffe à bloc au retour du marché....

Une femme dorée comme les blés de sa tête aux cheveux courts jusqu'à ses baskets empoussiérées de sable, tient à bout de bras une cigarette entre index et majeur, à la recherche d'un feu pour l'allumer....

"Désolé, je n'ai pas de briquet" lui dit un homme, la belle cinquantaine, tout bronzé.  Il est debout près d'une automobile au moteur ronronnant... Joli bruit, belle mécanique. L'homme se ravise de suite, "Ah mais si !!!"  sourit-il tout fier en se penchant sur le tableau de bord dont il tire un allume cigarre...

L'homme bronzé le présente à la femme dorée.

Tenant la cigarette et l'allume cigarre, elle aspire lentement... une petite fumée bleutée s'élève. L'homme bronzé remet l'allume cigarre à sa place...en même temps qu'il se donne le plaisir de faire un peu rugir le moteur qui réagit au quart de tour, comme un beau fauve bien rôdé ! Cette voiture ? Une splendeur, d'une blancheur étincellante rehaussée de filets noirs et beige par endroits, rutilante de ses tubes chromés extravagants qui sortent sans retenue du capot d'une longueur impensable, racée comme elles savaient l'être dans les années 30.... Je me serai presque crue dans un film... ! La dame dorée est partie fumer ailleurs...

 

     "Dîtes, monsieur, qu'est ce que c'est, cette voiture ?" Elle ne ressemblait à aucune autre de toutes ces voitures anciennes que je pouvais voir bien alignées  en passant près du kiosque.... Toutes se préparaient à participer au Rallye "Vercors Classique" prévu ce week-end, leurs propriétaires massés au rares brins d'ombres disponibles,  heureux de se retrouver... A ma question, le propriétaire de la Belle des Belles à 4 roues eut un beau sourire tout en pétillements dans le regard : "C'est une Excalibur" me dit-il en me montrant ce titre inscrit sur la grille de la calandre....

Whâouh! Une telle merveille méritait bien de porter le nom de l'épée magique confiée au Roi Arthur par la mystérieuse Dame du Lac, en signe du pouvoir qu'elle lui conférait....

"Vous savez, cette voiture, c'est la voiture de mes rêves, de quand j'étais gamin ! Mes parents habitaient boulevard des Capucines tout près de l'Olympia, et le soir, je descendais m'installer sur le trottoir pour regarder passer les voitures...Il y en avait de toutes sortes ! je les connaissais toutes, mais celle qui me faisait vraiment rêver, c'était celle de Johnny Halliday...L'"Excalibur".  Vous pensez ! je n'étais qu'un p'tit môme contemplant cette voiture immense, mais je me suis promis qu'un jour j'en aurai une aussi belle et longue et brillante, avec tout ce qu'il lui fallait pour être une vraie !  Au collège, ce nom me faisait rêver plus encore quand j'ai lu le roman du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde qui parlaient d'Excalibur.... En même temps, je lisais tout ce que je pouvais trouver sur la construction de cette voiture...  La première a été construite artisanalement comme tout les suivantes, à partir de 1965 à Miwaukee aux USA.... En un peu plus de 20 ans, on en a contruit à peine plus de 1000, toujours artisanalement, les modifiant plus ou moins, au fur et à mesure des commandes.  John Wayne, Steve mac Queen en ont été les premiers acheteurs."

Je regardais cette voiture magnifique, impertinente presque, j'écoutais cet homme me parler de son rêve de petit garçon qui l'a amené du célébrissime Olympia, aux hangards de Milwaukee,  aux pages écrites d'une vieille légende celte qui nourrit encore notre imaginaire et notre besoin de héros mythiques pour donner corps à ce qui nous habite et chercher sens à nos choix, à nos actes....J'imaginais le plaisir qu'il trouverait durant ce week-end, à rouler à 40 km à l'heure sur les routes du Vercors, admirant les beaux paysages que le Rallye leur ferait découvrir. J'imaginais également la satisfaction des artisans, des ouvriers qui ont participé autrefois à sa construction. De la belle ouvrage ! rien à voir avec la ruche robotisée des usines de Flyns, par exemple. Cette satisfaction apportée par le savoir-faire des ouvriers, leur expérience affinée au fil des années est indispensable au bien-être de notre planète.

 Bien sûr, on peut se dire qu'une voiture dont on rêve toute sa vie, c'est un peu futile...quelquechose d'onéreux et d'inutile face aux drames que vit notre planète et nos frères en humanité....

Eh bien ! je pense que non !

Lorsque je l'ai vue, cette voiture m'a fait "bondir" le coeur d'admiration devant l'audace de ses formes, de son élégance, devant la presque musicalité du bruit du moteur, devant ce quelque chose d'abouti qui en fait un si bel objet....

Exactement comme je suis tombée en admiration devant des robes signées Paul Poiret, ou devant de somptueux joyaux ornés de diamants lors de l'exposition Van Cleef au Palais Gallièra.

C'était un enchantement rare que d'être entourée par le rayonnement de ces multitudes de pierres précieuses, enchantement qui ne peut laisser indemne.... Tout comme la vue de certains tableaux ou de sculptures, l'audition de certaines musiques,  la dégustation de certains mets servis dans des vaisselles d'une exquise finesse....

 

Tout cela ne sont que des objets, objets de désirs, objets de plaisirs, voire objets de discorde....

 

Oui, bien sûr, mais ils montrent avant tout une quête qui s'adresse et parle à quelque chose en nous de bien plus profond et secret que le niveau des émotions, qui éveillent en nous une sorte d'exaltation tranquille au fond de nous-même et nous donne envie de dépasser nos limitations de grisailles psychiques, de morosités impuissantes...Le génie humain a pris tant et tant de formes depuis la nuit des temps ! Sans cesse renouvelé dans son expression, à l'infini des formes imaginables, des couleurs, des sonorités, des saveurs, des touchers, des ressentis... Tant et tant de créations qui nous donnent envie "d'y croire" ! Simplement parcequ'en voyant un bel objet, on sent qu'il existe déjà en nous, dans les replis secrets de notre présence au monde, dans ces liens presque inconnus et tellement subtils qui nous relient les uns aux autres...

Alors, plutôt que de crever de désirs toujours à assouvir, on peut simplement se réjouir du fait que ça existe, en profiter lors d'évènements ici ou là et donner images et formes aux rêves secrets qui dirigent nos vies.... Comme l'avait fait ce petit garçon du boulevard des Capucines.

mmm

 

 



10/04/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres