marie-martine mestre

LES JEUX DU TAO 2012 : le Tao des iles

LES JEUX DU TAO 2012 A L'UNIVERSITE SAUVAGE DE PRUNET :

LE TAO DES ILES.....Chacun est une ile dans l'océan de la vie, commerçant avec les autres iles...

(suite à venir)

TAO DES ILES

 

 

PRUNET 2011 / LE TAO DU COUPLE;

Enracinement personnel entre Terre et Ciel, alliance avec les diverses manifestations de la vie, qu'elles nous séduisent ou nous repoussent, sans perdre la conscience de son Centre ni la conscience de sa recherche et de ses ressources, la confiance en soi doit bien ressembler à quelquechose comme cela... Confiance en soi qui pourra nous amener à demander à l'autre un peu moins de romantisme émotionnel pour nous "réparer" le coeur, confiance en soi qui pourra nous permettre d'oser un peu plus d'expression de la poésie de notre âme, d'oser accueillir celle de l'autre et d'en être touché, et même profondemment entamé en découvrant plus de prfondeur dans le jeu de l'amour. Confiance en soi pour éclaircir le regard que l'on porte non pas sur l'autre, ça c'est facile ! Mais le regard que l'on porte sur soi-même en devenant plus lucide.   Ouvrir le regard du coeur, le regard qui ressent avec les tripes, qui évalue avec la raison, en une joyeuse alchimie dont le coeur est le chaudron. "travailler son pire à soi" sans trop reprocher le sien à l'autre permet de s'aimer soi-même pour de vrai, assez pour accompagner l'autre, le valoriser, le soutenir, et finalement s'aimer assez pour pouvoir entrer en relation plus honnête, intime, valorisante avec l'autre et l'aimer en ayant foi en lui/elle pour cheminer ensemble... Pour que chacun puisse faire "adevenir le meilleur" de soi-même, de l'autre, de la relation... Pour devenir TAO dans le souffle changeant de la Vie...  Par jeu, nous avons appelé cet espace-temps d'une semaine en Ardèche du Sud "l'Univesité Sauvage de Prunet". Ce nom évocateur d'un certain style est resté au fil des ans depuis 29 ans maintenant ! Un syle, un état d'esprit, une recherche à propos de soi, de la Vie et des relations avec ce que nous vivons, ce que nous avons vécu, ce que nous aimerions bien vivre...  Temps d'un break dans la vie quotidienne, d'un décrassage de l'âme, d'une retraite en quelque sorte, de réflexion et souvent de décisions modifiant des aspects de notre quotidien... En menant une vie des plus simplifiée dans la nature, nous nous raprochons de nous-même, de nos valeurs et de nos buts esentiels, ceux à propos desquels on sait dans la profondeur de notre esprit que ce n'est qu'en les respectant que nous pouvons Vivre, se sentir dignes et  faire partie, avec fierté, de la tribu de "tous les êtres sensibles"...  Dans la Joie de l'Un et les 1000 bonheurs du multiple !

Dans un très prochain article je parlerai plus en détails de la fête des arbres "Plein de Lumières dans la Nuit" que nous célébrerons à Prunet le vendredi 29 juillet à partir de la fin de l'après-midi.

 

 

Prunet 2010 a vécu, bien vécu !

Les tentes ont été repliées, rangées dans les coffres de voiture. Les casseroles ont repris leur long repos chez la Mamé en compagnie d'une foule d'autres choses...

Et notre vieu chataigner, tout comme nous, se repasse le film de sa fête du 30 juillet...

"Plein de lumières dans la nuit" ! Il fut décoré comme jamais il ne l'avait été ! Illuminé comme jamais !!! Par l'hommage que nous lui rendions ce soir-là, c'est à tous les arbres que nous rendions hommage et gratitude.... Ceux qui font à la Terre une chevelure de bois et de feuilles depuis si longtemps que seules quelques roches en gardent la mémoire, seuls quelques fossiles gardent la trace de cette aube du temps....

Quelques uns d'entre les humains ne voient en eux que des gêneurs, des empêcheurs de construire toutes droites les autoroutes qui font des sillons profonds sur la peau de notre mère la Terre, des sillons profonds comme les rides des peines et des chagrins sur la peau de nos Vieux... Mais pour beaucoup d'entre nous, ils sont comme des grands frères immobiles dès l'aube de notre humanité... Des grands frères protecteurs qui nous offrent ce dont nous avons besoin, bois, feuilles, écorces et racines, nourricières ou guérisseuses... Tant et tant de choses depuis si longtemps.... Jusqu'à des noms patronymiques, tels Duchêne, Delorme, Frenet et bien d'autres... C'est à l'image de leurs troncs et de leurs ramures que nous nous représentons nos lignées familiales, ou des schémas informatiques.... Chez nos ancêtres celtes, tout comme en Afrique, on utilise le nom d'un arbres pour donner quelquechose à sentir de l'énergie d'une personne donnée.  Un très vieil Imam connu dans tout le Sénégal avait dit de moi "Cettte femme est une femme baobab !"  Rien à voir avec mon tour de taille, il voulait simplement exprimer que les gens aiment se réunir autour de moi et que je peux leur donner de quoi se désaltérer avec mon "eau"....C'est beau... Nous ne nous sommes jamais rencontrés, mais nous nous faisions parvenir de beaux cadeaux une fois par an par l'entremise d'une femme blanche née en Afrique, élevée par une famille noire, que nous suivions tous les deux, chacun à notre manière.... Ces cadeaux disaient l'immense respect que nous avions l'un pour l'autre... Une fois par an j'allais dans les magasins africains du Paris-18 ème  chercher un généreux coupon de wax aux couleurs unies et somptueuses, des bleux très doux, des turquoises raffinés, des verts à faire pâlir l'océan....aux élégants ramages brochés dans le tissu si doux au toucher...Une fois par an, pourtant devenu presqu'aveugle, il allait me cueillir les mangues les plus délicieuses de son jardin, une merveille à déguster dès leur arrivée par avion....Quelques bijoux en argent les accompagnaient....Lui "sorcier Imam" considéré comme un saint musulman, moi "sorcière psy bouddhiste", nous nous occupions de redonner vie heureuse à une femme qu'il avait choisie comme fille adoptive...L'amour des arbres était notre point commun....au delà du temps, des modes, des cultures, des savoirs...qui nous permettait de "communiquer" en plongeant nos esprits dans la profondeur de la sagesse humaine....

Ce soir de la fête des arbres à Prunet, chacun s'est rappelé un arbre qu'il aimait... pour parler d'amour à tous les arbres, et les remercier d'être proches de nous tous, peuples noirs, rouges, blancs, jaunes, si proches de nous du berceau au cercueil, des jouets aux éléments de nos maisons....

que tous nous soyions heureux de vivre ensemble, nous tous les êtres vivants sensibles...au mieux de ce que nous pouvons faire chacun et ensemble.



22/03/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres