marie-martine mestre

MON BOL DU SOIR

    

     Voilà ! c'est un bol, tout simplement... Vous savez, il est bien banal... En grès, gris moucheté à l' intérieur, marron comme le chapeau d'un bolet à l'extérieur... Un peu haut, bien arrondi au pied et droit un peu plus haut... Oui, il est un peu haut....  Comme cela, je l'ai bien dans mes mains quand je le tiens...au long des années, il est devenu mon compagnon de soupe... Parce que je le tiens bien entre mes paumes qui cherchent sa chaleur avant d'entamer ma soupe....Une bonne soupe de légumes de saison. Surtout en hiver !  J'aime bien faire des mélanges de légumes, parfois assez originaux, pour varier... Mais celle qui a ma faveur, c'est la soupe de poireaux-pommes-de-terre-carottes-navet. Choux aussi parfois, fenouil, céleri. Ou même lentilles-épinards. Un délice ! Et bien sûr de l'oignon, de l'ail; au moins 3 gousses, car ça nettoie le foie, et je prépare la soupe pour 2 jours ou même 3 ! Avec l'ail, je n'oublie pas quelques feuilles de sauge aux multiples vertus digestives..."Que ton aliment soit ton médicament" disait Hippocrate, l'ancêtre de la médecine...  Eh bien ma soupe me réjouit le corps en lui faisant du bien ! en lui offrant une bonne nuit ! 

Mon bol bien chaud entre les mains, les paumes épousant sa forme près du fond, je me souviens.....

Je me souviens de mon Grand-Père Charles, celui qui était allé jeune homme au Tonkin et qui plus tard a fait 3 filles à sa Maria d'épouse qu'il adorait faire enrager en lui chantant "ma tonkiki ma tonkiki ma tonkinoise..."  Mais ce n'est pas cela que ma mémoire me ramène presque  religieusement en humant la bonne odeur.... Il avait bien plus de 80 ans, 90 presque, couché dans son lit avec une bonne grippe qui n'en finissait pas et lui avait porté sur les poumons... Fiévreux, affaibli et mal partout, s'arrachant la poitrine en toussant... Sa seconde fille était à la cuisine, elle entend son Père l'appeler et vient aux nouvelles..."Madeleine, fais-moi chauffer un bol de soupe !" "Mais Papa, c'est pas l'heure, tu ne pourras pas la manger." "Fais ce que je te dis ! Je vais partir pour le grand voyage. Il faut que je sois prêt..."  Elle l'a bien calé sur ses oreillers et il a mangé la soupe qu'elle lui donnait à la cuillère... Satisfait, il s'est laissé aller, il a fermé les yeux, avec un grand soupir... qui est devenu son dernier soupir... Il n'a pas rouvert les yeux.... Il a sûrement fait un bon grand voyage dans l'au delà...Alors je pense à lui en me réchauffant et en savourant ma soupe, à lui qui aimait jouer avec moi et viendra sans doute m'accueillir....

Chez moi, on vivait vieux, plus de 80 ans, 90 ans même, sans sourciller ! Aussi bien du côté paternel que du côté maternel...Nourris aux bons légumes du jardin... Bio ? aucun de mes grands parents n'auraient su répondre, ils ne savaient pas ce que ça voulait dire... Des légumes du jardin, quoi de plus ? Dans mon bol, ce sont les légumes de jardins amis que je déguste, cultivés avec tant de soins, récoltés et vendus avec le plaisir qu'on voit sur le visage de "parents" fiers de leurs petits !!!

 

Mon bol à moi, il n'est pas fleuri, à carreaux, ou orné de liserés colorés... Il est tout simple, il ne déparerait pas sur une table de réfectoire monacal...n'allez pas croire que je n'aime que ce qui est ascétique !!! j'apprécie beaucoup d'avoir des invités à table, famille, amis... Leur mitonner des petits plats raffinés, disposer une belle table où brillent le cristal et l'argenterie sur une jolie nappe... C'est une manière d'accueillir le partage des rires et du plaisir d'être ensemble... Mais quand je suis seule à ma table, je médite tranquillement le sens de la vie, de la mort, de l'amour et de mon futur en promesse dans toutes les soupes à venir...

 

Même quand il est vide, mon bol est plein de souvenirs et d'émotions... Il est apparu entre mes mains un soir de fête, de la Fête des Arbres à l'Université Sauvage de Prunet, , au pied de notre Châtaigner-Maître illuminé d'une centaine de petites flammes brillantes dans des pots à yaourts gardés pour l'occasion !  Notre châtaigner est chargé de transmettre notre gratitude et nos souhaits de longue vie à tous les arbres de la planète, ceux qui sont seuls, ceux qui longent les routes et les rivières,  ou vivent en forêts... Après avoir partagé un bon repas, nous chantons, faisons de la musique, échangeons des souvenirs d'arbre amis, protecteurs...Chacun a apporté un cadeau joliment enveloppé... On les tire au sort, et chacun reçoit une surprise, de la part des arbres en quelque sorte... Poétiques, originaux, amusants, utiles... Ce soir là c'est le bol "marron comme un chapeau de cèpe" qui est venu dans mes mains.  Qui l'ont tout de suite adopté... Depuis, je m'en sers tout le temps, souvent même à midi; je le remplis de légumes mitonnés à feu lent et doux.... ou de salades de toutes sortes...

 

C'est le monde entier, la terre entière qui se niche dans mon bol, entre mes mains....Je la sens vivre dans les saveurs, les parfums, les textures, les couleurs de la nourriture....Elle me raconte comment elle aime se réjouir en nous offrant les légumes et les fruits qu'on lui confie en graines, en minuscules plantes pour qu'elle les nourrisse, les fasse pousser et grandir, en leur montrant où est la terre, où est le ciel, en leur apprenant le soleil et la pluie...en leur laissant écouter les chansons du vent et les pas des animaux et des humains...Dans mon bol entre mes mains, c'est comme une danse enjouée, célébration de la vie heureuse....j'exulte ! il n'y a plus mon bol, la soupe, moi et ma cuillère... Il y a le plaisir de vivre, tout simplement....

 

Je souhaite ce plaisir tellement simple à tous les êtres... Car dans mon bol, il y a aussi les plaintes des gens qui ont faim, joie de vivre bousillée par d'autres trop cruels partout sur la planète...Je ne peux les oublier, ils s'invitent et me racontent à quel point ça peut être terrible de vivre....  A quel point notre monde a besoin de se calmer.... a besoin d'apprendre à aimer mieux encore, dans la douceur et la paix....A ces moments là je ne suis plus seulement une femme avec ses pensées quotidiennes, avec son coeur, je suis une femme qui fait de son bol de soupe la base d'or pour l'offrande du mandala, accomplie pour tous les êtres sensibles de l'univers...Qu'ils connaissent les causes de la souffrance pour s'en débarrasser, les causes du bonheur pour mieux y entrer...qu'il apprennent de la Terre le courage, qu'ils reçoivent la force des arbres, la fluidité de la pluie, la chaleur du soleil qui aide à voir les ombres....  Le potier qui a modelé ce bol avait déjà convoqué la terre, l'eau, le feu, l'air, l'espace du vide à l'intérieur et autour de ce bol, dans son atelier.... Que tous les êtres en profitent... A lui aussi, je souhaite une bonne vie créative et féconde...



23/02/2016
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres