marie-martine mestre

SANS FRONTIERE

SANS FRONTIERES

 

Le nez plongé dans un roman viet-namien de Duong Thu Huong, bien installée au jardin je vis profondément la scène décrite…Dans le roman : « Les fleurs de pamplemoussiers et celles des basilics mélangent leurs senteurs. Un parfum chaleureux, lointain. Un papillon de passage….Un silence infini s’instaure, impérial. De temps en temps, on entend une goutte de rosée tomber sur une feuille de bananier. »   Une goutte d’eau roulant sur la feuille du bananier au dessus de ma tête vient de tomber sur ma page, ponctuant le texte juste là où j’en suis, le parfum du basilic planté dans un beau pot bleu  à mes pieds s’élève autour de moi….L’espace d’un instant, comme à peine le temps d’un satori, le réel du jardin qui m’entoure se mêle à l’évocation de ce moment imaginé dans lequel j’ai plongé pour savourer ces pages….Cadeau … Cadeau qui m’emmène par la pensée vers Charles,  ce Grand Père  trop peu connu, tant aimé, qui parlait et parlait encore de « son » Viet-Nam où il avait vécu sa prime jeunesse.

Dimanche15 septembre 2013. 

« Terre des Oublis » de Duong Thu Huong en Livre de Poche



05/10/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 178 autres membres