marie-martine mestre

Son dernier soupir...

En début de semaine , la police a été alertée par le syndic d'un petit immeuble en plein centre de la ville. Une très vieille dame était morte chez elle depuis 6 ans, son corps momifié reposait par terre... Dans la ville, on ne parlait que de cela, les gens se demandaient comment cela avait-il pu se produire... Pendant 6 années, des étés, des hivers qui succèdent aux printemps et aux automnes, quelques allées et venues dans la cage d'escalier... La retraite de cette vieille dame était régulièrement versée sur son compte en banque et tous les services administratifs étaient régulièrement payés en bonne et due forme par prélèvements sur ce compte... Une mécanique bien huilée, si bien huilée qu'il n'y avait jamais eu besoin d'intervenir...Elle vivait seule, sans famille et sans doute sans amis, des voisins plus que discrets...Elle ne répondait jamais au rare courrier, mais ça avait pris si peu d'importance...

Chacun de penser, de se questionner... Mais comment cela a-t-il pu arriver ? Ne s'apercevoir de rien pendant 6 ans...  Mais pour moi, la question la plus importante n'est pas vraiment là, même si elle plus qu'importante. La question c'est de me demander comment elle est morte...Malade ou pas, si vieille bien sûr, s'est elle vue mourir ? A-t-elle eu peur ? Ou bien s'était-elle préparée à sa manière ? Peut-être que "la vie la mort", la frontière entre les deux n'avait  plus vraiment d'importance, n'était peut-être plus très nette dans son esprit...Ce qui me surprend aussi, c'est qu'elle habitait à deux pas à peine de l'église Saint Jean, sur la place des Halles...Elle faisait pourtant partie de la paroisse de cette église et les gens papotent longuement au sortir de la messe du dimanche et des vêpres, pratiquement au pied de l'immeuble de la vieille dame...Elle devait bien les entendre. Et les maraîchers bio venus de leurs jardins le mardi en fin d'après-midi pour proposer leurs légumes aux végétariens barbus du coin...Cela fait un doux brouhaha... Les gamins s'amusent aux planches à roulettes dès la classe terminée, en poussant des cris de joie ponctués de "tap ! tap !" retentissants...

Peut-être que la vieille dame prenait tous ces bruits de la vie comme des berceuses apaisantes qui distillent de doux rêves pour les esprits peu à peu débarrassés des soucis du quotidien...La faim a peut-être été sa dernière compagne... Je souhaite vraiment qu'au moment des derniers soupirs elle ait eu la joie de voir apparaître ses chers disparus, ceux que racontent les gens qui ont approché la mort de si près qu'on a cru un moment qu'ils avaient franchi le pas du plus jamais... Les paupières ont frémi...Le souffle a refait de la buée sur le miroir, tout doux, tout doux, en prenant son temps, parfois beaucoup de temps.... Petite Mamie qui est morte toute seule.. et qui n'était sans doute peut-être plus toute seule, en fait, mais de l'autre côté de la frontière...

Le soir même de cette découverte dans le vieil appartement si longtemps renfermé sur elle, nous avons longuement échangé entre amis...Et nous avons décidé que même si nous ne nous voyons pas très souvent, nous allions nous donner de fréquents coups de fils...Et nous nous sommes confiés, très simplement, ce que nous souhaitons pour nos derniers moments et après...

jeudi 10 avril  à Valence



10/04/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres