marie-martine mestre

UN PETIT DEJEUNER QUI TIENT BIEN AU VENTRE !

     Préparez le feu, d'abord bien clair et vif, puis plus tranquille quand la braise s'est un peu faîte. Puis il vous faudra trouver une plaque de thé noir bien dure, arrivée par caravane dans les jours précédents ! Pour en couper un morceau, n'hésitez pas, avec un marteau et une pince multi prise, on arrive assez facilement à en casser un bout !!! Et préparez le feu pour cuire votre petit déjeuner...

Faîtes infuser dans votre plus belle bouilloire, sans doute assez cabossée et bien culottée dedans par le thé et dehors par la fumée... n'hésitez pas, ajoutez toutes sortes d'herbes, telles que queues de poireaux, ciboulette, des feuilles d'épinard, etc... Bon la ciboulette, je ne vous garantis pas que vous en trouverez facilement dans les grandes stèpes mongoles !

Ah oui, j'avais oublié de vous dire que nous partions en Mongolie pour préparer notre petit déjeuner.... ! Laisser mijoter et infuser le tout... Pas trop longtemps, enfin suivant que vous aimez le thé léger, moyen ou bien déjà un peu fort, âcre diraient certains ! Dans une marmite, vous allez faire fondre et grésiller de la graisse de mouton, ne lésinez pas sur la quantité, les mongoles et vous-même aurez bien besoin de manger gras pour lutter contre les grosses froidures, et la fatigue des longues chevauchées ! Bon, si vous restez chez vous, et que votre bureau est tout près, vous ferez en courant le tour de la ville avant d'arriver au travail, pour brûler vos calories en trop !!!  Attention, ça grésille et ça sent bon ! mettez de suite le riz à dorer dedans, et ajoutez une bonne quantité de farine, vous touillez une ou deux minutes....

Vous comprenez maintenant pourquoi je vous dis que ce petit déjeuner tient bien au corps ? La crème Boudwig de madame la doctoresse Kousmine fait figure de petit lait à côté !!! Quand riz et farine ont pris couleur, ajoutez le thé, assaisonnez avec sel, piment, et autres épices à votre choix, et laissez mijoter sur le coin du feu jusqu'à ce que le riz soit tendre... ça va prendre un peu de temps, car la farine ralentit un peu la cuisson ! Quand c'est à point, que votre appétit n'y tient plus d'attendre, ajoutez un reste de viande de la veille si le coeur vous en dit... Chèvre, mouton, ou même marmotte...Dégustez lentement... car si votre palais et votre estomac sont occupés par la nourriture, votre regard n'en finit plus de errer sur les grandes étendues autour de vous...

Avec ça dans le ventre, vous tiendrez bien jusque midi ! 

Il sera alors temps de rentrer chez vous pour votre habituel "jambon beurre" du déjeuner !



15/11/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion