marie-martine mestre

HEURES DOUCES

L'heure est si douce, le soleil se couche à la fin de cette journée de canicule....Et j'arrose le jardin assoiffé...

le coin de la menthe me fait les yeux doux, ivre de son parfum ruisselant dans les gouttes rafraichissantes... Un p'tit thé à la menthe ? Ou un mojito, peut-être, bien frais.... Non, non, pas ce soir ! il faut que j'arrose tout bien soigneusement....et ça prend du temps !  le chant flûté du minuscule crapaud accoucheur m'accompagne joliment... Où s'est- il réfugié, ce "papa poule" avec ses oeufs sur le dos ? pas bien loin ! Sous la pompe qui ronronne en distribuant l'eau de la nappe phréatique presque à fleur de terre...un doux parfum de noix de coco m'enveloppe, ensorcelle les nénuphars jaillissants d'entre leurs feuilles, titille les chats qui n'en peuvent plus de se rouler sur les pierres au bord du bassin ....Ah je sais d'où il vient, ce parfum si présent : j'ai raccourci des branches du figuier, elles faisaient trop d'ombre aux lavandes... Incroyable comme la sève de ces branches sentent merveilleusement ! ce parfum s'envole sur les ailes du mistral, très doux ce soir, quelques notes de lavande lui donnent la réplique....

En arrosant précautionneusement quelques jeunes pieds de bourrache que je viens de repiquer, je rêve déjà du bleu tellement beau et pur de leurs fleurs délicieuses....un petit plaisir en passant, mâchouiller une feuille de capucine tandis que je redresse leurs tuteurs, j'espère bien les voir grimper hardiment le long d'un treillis où des tomates cerises sont déjà mûres !!! juste à côté, la bignone orangée s'est élancée sur le tronc d'un palmier, un courant d'air parfumé joue avec les branches souples pleine de boutons en bouquets... Mais oui ! les palmiers, les bananiers veulent leur ration d'eau, pour donner à ce coin de verdure des airs d'oasis, l'oasis de la Comète....cette après midi, je me réjouissais de revoir des papillons, différentes variétés, voletant de ci de là, tandis que des libellules faisaient du sur place près de l'eau...

Pour les bambous, une bonne petite mousson, le jet d'arrosage dirigé jusqu'aux 3 ou 4 mètres de leurs sommets !!!, l'eau ruissèle en cascade, m'arrose au passage et me rafraîchit.. Ma peau déshydratée par le soleil si chaud se met à sentir bon, huile d'olive et baies de laurier....Je me lave au savon d'Alep, du vrai, dont j'avais reçu plusieurs boites avant que le pays ne soit aussi horriblement ensanglanté, détruit....

Tout en continuant de donner à boire aux fleurs de ce petit paradis si paisible, je revois des images actuelles de la Syrie...Ces enfants en détresse, coeurs et corps blessés, maisons bombardées, mémoires des monuments brisées....je pense à tous ces médecins et soignants partis secourir, aux journalistes partis témoigner....C'est violent comme contraste.....Un questionnement effleure mon esprit...Ais-je le droit de profiter ainsi, tranquillement, de ces heures douces et paisibles, de continuer à nourrir les poissons rouges qui se rassemblent à toute la vitesse de leurs nageoires dès que j'arrive la boite de "croquettes" à la main. Tandis que Dioule et Puma essayent d'en attraper au vol... non, non pas des poissons, mais des croquettes ! ils ont les leurs à la cuisine, mais ça les amuse beaucoup d'en chiper un peu aux poissons !!! Je revois la video montrant cet homme nourrissant les chats de gens qui ont dû fuir, au milieu des ruines d'Alep...Je crois qu'il est mort, maintenant...Que deviennent tous ces chats, tous ces animaux... ? Les gens, nous savons, ils sont devenus des migrants, ils cherchent une place pour eux là où ça pourrait être plus doux, plus en paixet chaleureux....plus en sécurité pour dormir, pour manger, pour que les enfants aillent à l'école, que les parents puissent assurer la vie de leurs familles....

Ah ! ces bestioles, elles tournent sans relâche, essayent d'atèrrir en piqué sur ma peau...pique-pique, grat'-grat'-grat'.... Pourtant je me suis frottée les bras, le cou avec des feuilles de basilique et des fleurs de lavande... ça ne les décourage pas ! ils n'ont pas dû lire le livre qui explique que ces deux plantes les repoussent !!!

Pendant que je finis d'arroser, que je coupe des fleurs fanées, mon coeur est devenu une grotte pour méditer l'esprit tranquille... Mes mains s'activent, mes pieds parcourent le jardin, ma pensée va vers vers tous ces gens là-bas... Si loin.... mon souffle ému prend la beauté de mon coin de paradis, inspire les couleurs, les parfums, les senteurs,  la vie frétillante de joie de vivre de ce petit monde à mes dimensions, et l'exhale vers ces mondes sombres où règnent la haine, la détresse et l'incompréhension, la souffrance....j'en prends en peu en moi tout en me réjouissant d'accueillir les senteurs fortes des feuilles de tomates que je viens de bousculer... Wahouhhh ! quel parfum !!!

Oh ! j'ai failli oublier de vous raconter ces opulents potées de bégonias dont je raffole... Ils n'ont pas spécialement de parfum, d'abord ils sont de la variété "Big" ou d'autres "ailes de dragons"... J'en ai disséminé partout dans le jardin, au gré d'une géographie secrète qui me chante bien ! et la couleur rose vif nuancée de crème danse aux regards émerveillés des amis en visite ! Mon jardin est plutôt du style sauvage, mais ces fleurs lui donnent un petit côté très civilisé !!! les quelques plans de légumes que j'ai éparpillés au milieu des fleurs et des arbustes sont ravis de figurer les "décoratifs" là où les bambous veulent bien laisser passer la lumière du soleil !

Tiens, dans ce pot il y avait un vieux pied de géranium qui n'a pas voulu redémarrer après l'hiver....Où sont mes lunettes ? ah dans la poche de mon tablier... je peux distinguer de drôles de petites boules sur la terre sèche du pot... Mignonnes comme tout... Ce sont de minuscules escargots, sans doute qu'ils viennent de naître... la coquille de certains est encore  transparente, on peut voir leurs petits corps à travers....Zut ! Mangez pour grandir puisque vous en avez besoin, mais ne mangez pas mes fleurs, ni les côtes de blettes, ni les courgettes, ni ceci, ni cela !!!! Un corbeau est passé dans le ciel en rigolant, coi, coi, coi !" Tu vois, vas-tu leur faire la guerre ?" me dit-il, les chasser et les obliger à migrer dans le jardin du voisin ?

 



07/07/2018
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 177 autres membres